Blog

STAGE D'OBSERVATION DES CETACES 2010

Du 4 au 10 août : STAGE MAHATMA, Association CETUS


Pour la deuxième année consécutive je suis partie avec l’association Cétus pour observer les cétacés dans leur milieu naturel. Cette année nous sommes partis de La Ciotat et nous sommes revenus au même endroit.

Mercredi 4 août : Je suis partie à 8h de Charenton pour prendre le TGV à Paris puis un TER pour rejoindre la Ciotat de Marseille. Arrivée sur le port, j’apprend que le précédent stage n’est toujours pas arrivée. En effet, la forte houle les gène pour rentrer. Au lieu d’arriver à 14h, les précédents stagiaires arriveront à 17h.

Comme il y avait un fort vent, nous n’avons pas pu partir en mer le soir même. A la place, nous avons été sur le marché de nuit sur le port. Durant toute la nuit, ce fut un peu le bordel sur le port entre un festival de jazz, une bateau boite de nuit sponsorisé Axe et les mecs bourrés sur le quai…

 Petite présentation de l’équipage. Pour ce nouveau stage, nous étions 10 sur le voilier : Cyril (le même skipper que l'an passé), Tiphaine (l'équipière), Médéric (le frère de l'équipière), Flavien, Florence (avec moi l'an passé), Nathalie (sa fille, aussi avec moi l'année dernière), Audrey, Magali, Nicolas et moi même.

 

Jeudi 5 août : Nous sommes restés à quai, toujours à cause du vent. L’après-midi nous avons été visité les calanques.

 

Vendredi 6 août : Nous sommes restés à quai jusqu’à 16h. Avant de partir pour la haute mer, nous sommes passé par Bandol faire le plein de gasoil avant de prendre la direction de la Corse. L’allée fut compliquée dû fait d’une forte houle.

 

Samedi 7 août : La mer était redevenue calme mais il ne se passait pas grand chose à observer. Enfin vers 19h20, nous observons un petit groupe de 5-6 dauphins bleus et blancs nageant rapidement. Pendant un petit quart d’heure, nous les observons sauter hors de l’eau avant qu’ils n’effectuent  un changement de cap brutal et coordonné pour poursuivre leur chemin. A noter que parmi les dauphins, il y avait un bébé et un adolescent.

 

Dimanche 8 août : Nous sommes arrivés dans la nuit en Corse et nous avons mouillé face à l’Ile-Rousse. Le matin a été consacré à la baignade. A seulement 300m de la plage, nous avons pu observer une superbe raie sous l’eau.

Le midi nous reprenons la mer afin d’effectuer le chemin retour en longeant les côtes françaises. Entre 14h et 15h, nous observons quelques dauphins bleus et blancs au loin.

Vers 20h, nous observons un nouveau groupe de dauphins bleus et blancs. Dans le groupe, un  des dauphins avait notamment un ventre très rose et a fait un super saut façon espadon à l’étrave. Alors que nous observions encore le groupe de dauphins, c’est vers 20h45 qu’un autre stagiaire aperçoit un souffle à côté d’un ferry. Nous tentons une approche du rorqual commun. Mais l’animal un peu stressé n’a pas osé approcher le voilier.

 

Lundi 9 août : Nous naviguons dans le canyon de Monaco. A 7h40, nous repérons un groupe d’une vingtaine de dauphins bleus et blancs. Nous constatons vite la présence de nombreux petits : il s’agit d’une nourricière !!! Des adultes s’occupaient en effet de plusieurs bébés dauphins. Les dauphins, très calmes, nageaient tout autours du voilier. Un petit s’est fait particulièrement remarqué car il faisait de grands sauts hors de l’eau. C’était assez surprenant de voir un petit dauphin d’à peine 1 mètre faire des bonds…ce qui lui valut le nom de « dauphin sardine » ! L’observation de la nourricière durera jusqu’à 8h20.

A 9h, nous observons un groupe d’une dizaine de dauphins bleus et blancs, les individus étaient éparpillés autours du bateau. L’observation était un peu étonnante car il y avait beaucoup de gros bateaux dans la zone.

Vers 10h, deux dauphins sont aperçus brièvement à bâbord.

A 12h10, c’est à nouveau un petit groupe de 5-6 dauphins qui est observé. Un individu marrant a fait 3 sauts d’espadon d’affilés à l’arrière du bateau.

Dans l’après-midi, nous mettons à l’eau un hydrophone dans le but d’approcher un cachalot. En effet, ils sont nombreux dans cette zone. Pour cela, il faut entendre des cliquetis. Les cliquetis émis sont peu espacés quand le cachalot chasse dans les profondeurs, puis le temps entre chaque clic diminue avant que les cliquetis ne s’arrêtent. A ce moment là, l’animal est en train d’effectuer sa remontée à la surface et va bientôt souffler. Nous entendons donc des cliquetis et attendons qu’ils s’arrêtent. Les choses se sont passées comme prévu, sauf qu’au moment où le cachalot est censé remonter nous n’avons pas réussi à observer son souffle à la surface… Malgré tout, j’ai beaucoup aimé cette tentative d’approche bien qu’elle est échouée. En bonne ingé-son, j’étais en charge de l’écoute des cliquetis lors de l’expérience !

A 16h, je vois quelque chose sauter hors de l’eau mais nous n’arrivons pas à observer par la suite un animal. J’ignore donc si il s’agissait d’un dauphin ou d’un gros poisson.

Vers19h45 alors qu’il y avait de la brume, nous observons un groupe d’une vingtaine de dauphins situés  tous autours du voilier. Il s’agissait surement d’un grand groupe de plus d’une cinquantaine de dauphins. Certains dauphins ont fait quelques cabrioles : saut sur les flancs, saut avec retombé sur le dos, sauts cordonnées à plusieurs individus…Malgré quelques acrobaties, très peu de dauphins sont cependant venus à l’étrave et les quelques téméraires n’y sont pas restés longtemps.

Le soir, nous fêtons la dernière nuit en mer et observons un drôle de phénomène : des milliers de méduses fluorescentes utilisent le courant du bateau pour divaguer…psychédélique !

 

Mardi 10 août : A 7h30, j’aperçois un dauphin sautant hors de l’eau avant de l’observer brièvement venir, accompagné d’un autre dauphin, à l’étrave.

A 9h40, nous observons deux autres dauphins qui viendront aussi furtivement à l’étrave. A noter qu’un des dauphins avait une petite tâche rousse sur le dos.

A 9h45, nous apercevons un souffle de baleine au loin. Nous tentons de nous approcher de la baleine et c’est en voulant approcher cette baleine que nous en croisons une autre. Il s’agit d’un rorqual commun au petit aileron et qui a la particularité de ne pas courber le dos pour sonder. La baleine souffle environ 13 fois toutes les 12 secondes avant de sonder. Nous l’observons pendant une heure avant de la laisser. Elle s’est, par moment, approchée très près du voilier.

Nous pensions alors en avoir fini avec les observations et nous rentrons tranquillement au port de La Ciotat. Nous commençons alors un débriefing sur le stage. Il faisait chaud, le soleil me tapait sur la tête, j’avais du mal à me concentrer sur ce que les autres disaient. Je regarde au loin la mer par dessus les épaules des autres stagiaires…et là….sans un bruit … je vois le dos d’un rorqual sortir hors de l’eau. J’hurle « putain y a une baleine derrière »…juste là…à 5m du bateau…tout le monde se retourne mais aussi discrètement qu’elle est apparue, la baleine avait disparue. On la cherche et finalement la retrouvons….mais elle nous parut beaucoup plus grossse…on réalise enfin…il s’agit d’une maman baleine avec son petit !! La baleine que j’ai vu sortir de nulle part était le petit. La maman était à côté. Elle était mesurant au moins 22m ! Son aileron est fortement courbé et son dos formait une vague. Très curieux, les deux animaux se sont approchés très très près du bateau. Calmement, ils restaient à côté de nous sans jamais sonder. Quand nous sommés décidés de partir (car le temps pressé), les deux animaux nous ont suivi avant de nous laisser … un peu déchirant de partir dans de si beaux moments…

Nous arrivons finalement à 14h30 à La Ciotat. Je pars à 17h pour arriver à Paris à 23h.

 

Conclusion du stage : C’est sur que par rapport au stage de l’année précédente qui avait été fabuleux (observation de dauphin de Risso, vu un rorqual sauté hors de l’eau, une maman cachalot et son bébé mais surtout deux ziphius), ce stage a été plus classique. Le fait d’avoir du rester deux jours au port y a été en partie pour quelque chose. Je suis un peu déçue de ne pas avoir vu d’espèces plus occasionnelles, j’aurai notamment aimé voir des globicéphales étant donné que je n’ai encore jamais eu l’occasion d’en observer. Je gardai aussi l’espoir secret de recroiser la route de ziphius. Je suis aussi un peu déçue qu’aucun groupe de dauphin ne soit resté pendant plusieurs minutes à l’étrave jouer avec nous.

Cependant comme tous stages, ce fut très agréable de voir ces cétacés. J’ai particulièrement aimé le groupe nourricière car les dauphins y étaient si calmes, ce qui est assez inhabituel avec cette espèce de dauphin. J’ai surtout aimé le dernier jour avec d’abord l’observation d’un premier rorqual puis cette magnifique surprise de voir surgir d’un seul coup ce jeune rorqual et sa mère. Ce fut un très beau moment. De plus, je suis tombée sur une super équipe, le temps est passé très vite. Je suis déjà pressée d’y retourner…

Quelques photographies du stage :

 

Maman rorqual commun avec son jeune

Un rorqual commun

Un dauphin bleu et blanc

Un dauphin bleu et blanc

STAGE D'OBSERVATION DES CETACES 2009

MON STAGE DE WHALE –WATCHING 2009

DU 17 AU 23 AOÛT

DE LA CIOTAT A CANET-EN-ROUSSILLON

AVEC L’ASSOCIATION CETUS

PHOTOS DU SEJOUR ICI

 

 

DIMANCHE 16 AOÛT : Départ à 15h de Paris et arrivée vers 18h30 à Marseilles où j’y ai passé la nuit. Après mettre perdue dans la ville, j’ai réussi à trouver mon hôtel.

 

LUNDI 17 AOÛT : Départ pour La Ciotat dans la matinée. La Ciotat est une chouette ville très joli. Par hasard je rencontre un autre couple de Cetus dans le bus et nous déjeunons ensemble le midi. Puis embarquement sur le bateau, installation et départ le soir. Après avoir envisagée d’aller vers la Corse, nous choisissons de partir au Baléares. Voici une petite présentation de l’équipage, nous sommes 10 sur le voilier :

-          le capitaine, Cyril

-          son équipier, Seb

-          une jeune fille, Nathalie et sa mère Florence

-          un ami à eux, Benoît

-          le couple rencontré sur le chemin Daphné et Patrice

-          un jeune de 11ans, Alexis

-          un jeune étudiant de 25ans, Jérome

-          moi-même

Le voilier est un Océanis 440 nommé CÔTE EST d’environ 13m de long avec quatre cabine, deux toilettes et un séjour-cuisine.

Avant le part j’étais un peu pessimiste car la saison a été mauvaise. AUCUNE BALEINE N’AVAIT ETE OBSERVE DURANT TOUT L’ETE. Heureusement on garde toujours le meilleur pour la fin…

 

MARDI 18 AOÛT : Ce fut sûrement la journée la plus dense de la semaine. Tout d’abords nous sommes réveilles en pleine nuit à 3h du matin par un groupe de dauphins bleus et blancs. Malgré la nuit, on peut distingué clairement des silhouettes blanches dans l’eau.

Puis c’est à 6h24, alors que je suis dans le cockpit encore mal réveillé, que surgit devant moi le dos d’un énorme rorqual commun. Ce moment a été fort impressionnant car nous n’avions entendu aucun souffle au paravent, alors voir apparaître une telle masse juste face à soi est fortement surprenant. Croyez moi j’étais réveillé après ça ! J’ai pu leur de cette apparition constaté que son dos avait une forte coloration marronatre. Durant 10 minutes le rorqual a soufflé une dizaine de fois avant de prendre de la vitesse pour sonder en courbant fortement en avant son dos. Par contre lorsqu’il sonde le rorqual commun ne lève pas sa nageoire caudale. A 6h41 le rorqual est réapparu avant de sonder définitivement.

Vers 13h, nous apparaissons au loin un groupe de 3 cachalots. Je n’avais jamais vu au paravent de cachalot et j’affectionne tout particulièrement cette espèce, j’étais donc folle de joie en reconnaissant le melon et le souffle tourné vers la gauche, signe de reconnaissance de l’espèce. Les 3 individus stagnaient, prêts à sonder. En sondant le cachalot arque le dos et sors sa nageoire caudale hors de l’eau. J’ai pu observer cette scène de côté et de face. Peu de temps après un autre cachalot est apparu brièvement avant de sonder. Il semblerait a priori que ce soit l’un des trois individus de ce groupe. Lors de cette observation  de cachalot j’ai été frappé par la couleur de leur peau rugueuse d’un gris très net et pas la taille de leur bosse principale au niveau du début de leur queue. Elle est très haute, limite semblable à un aileron alors que je l’aurai imaginé beaucoup plus petite. Les autres bosses après celle-ci sont elles minuscule à peine visible.

Toujours vers 13h, de nouveau des souffles ! Et pas n’importe quoi. Au loin on aperçoit un jeune rorqual sautait hors de l’eau ! Gigantesque! Les rorquals communs sont connus pour être peu démonstratifs. Il semblerait que ce fut un jeune et peut-être y avait il sa mère avec lui, peut-être aussi que les deux sautaient hors de l’eau. Le rorqual a effectué 3 sauts d’affilés avant qu’on ne le perde de vue. Une demi heure plus tard on le revoit effectuer encore plus de 4 sauts ! Etonnant !

Au même moment entre 14h11 et 14h17 on observe de loin un cachalot. Peu de temps après juste devant l’étrave du bateau, on est les spectateurs d’une scène émouvante : ce même cachalot est en faite une femelle accompagnée de son petit. On assistait donc sûrement à une scène d’apprentissage. La mère avait une bosse très triangulaire, vraiment semblable à un aileron. Ils étaient très près du bateau mais semblait indifférent au voilier. Par respect à 14h45 nous décidons de les quitter pour les laisser vivre en paix.

 A 16h25, brève apparition d’environ 5min de 3 dauphins bleus et blancs venus à l’étrave avant de continuer leur route.

A 17h, première apparition d’un nouveau rorqual commun. Ce derniers s’est révélé très curieux s’approchant très près de nous. A 17h15, il sonde avant de réapparaitre à 17h28. Mais surtout l’animal a fait quelque chose d’étonnant : alors qu’il était vers l’avant à tribord, il a foncé sur nous ! Il a réellement pris de la vitesse et est venu perpendiculairement à nous…quelques secondes de frayeur il faut l’avouer…mais l’animal à sondé. Je ne sais pas vraiment comment interprété ce comportement, étais-ce de la provocation ? Etonnant pour une baleine tant attiré par nous.

A 19h56, on observe brièvement, moins de 2 minutes, un rorqual commun nageant au loin qui sonda vite.

Cette journée a été incroyable, on a pas arrêté de voir des cétacés par-ci, par-là. Une journée exeptionnelle ! Mais c’était que le début…

 

MERCREDI 19 AOÛT : De 7h50 à 8h05, on a été encerclé par un grand groupe de dauphins bleus et blancs très espacés. La plus part des individus sont restés loin du voilier mais quelques uns sont venus brièvement nager à l’étrave.

Vers 11h, nous sommes de nouveau encerclé par des dauphins mais par n’importe lequel : des dauphins de Risso. Au loin ils nous apparaissaient comme des formes très noires et nous avons pensés à des globicéphales mais l’aileron était trop haut et pointu pour en être. C’est en s’approchant que nous avons constaté qu’ils s’agissaient de dauphin de Risso reconnaissables à leurs nombreuses cicatrices sur la peau qui restent à vie faisant que les individus avec l’âge deviennent de plus en plus blancs. Le groupe était ainsi composé de plus d’une cinquante d’individus très espacés. Par petits groupes de quelques individus ils s’approchaient du bateau pour venir jouer à l’étrave. Je me souviens plus particulièrement d’un jeune très foncé avec juste une cicatrice à l’arrière de l’aileron qui sautait à bâbord et d’un autre individu très curieux qui allait et venait de droite à gauche au niveau de l’étrave et qui nous regardait en nageant de côté. Le groupe était composé de nombreux jeunes et peut-être même de nourrissons. Lors de cette observation, j’ai pu observé des comportements typiques aux dauphins : sauts hors de l’eau, poirier (queue tenue verticalement hors de l’eau), espionnage (tête sortie hors de l’eau), frappement de l’eau avec la nageoire caudale (signe a priori d’hostilité) et même des individus qui se mettaient sur le dos avec les nageoires pectorales sorties hors de l’eau.Quelques individus en sondant ont levé la nageoire caudale, surtout des jeunes.Nous avons profité du moment pour aller dans l’eau, accroché à l’échelle arrière du voilier en mouvement. Sur le coup les dauphins ont eu peur avant de s’approcher tout en gardant leurs distances. Quand ce fut mon tour de voir ce qui se passait sous l’eau je n’ai pas vu d’individus sous moi mais sur les côtés. C’était super de les voir nager, de pouvoir les observer entièrement et surtout de les voir nous observer aussi. Un superbe souvenir.L’observation a duré plus de 1 heure, c’était incroyable.

 

Vers 15h09, on  observe au loin plusieurs groupes de dauphins bleus et blancs pêchant.  Certains se sont approchés de nous et pas mal d’individus avaient sur les flancs une zone jaunâtre ce qui m’a fait douté qu’ils s’agissaient peut-être de dauphins communs mais a priori non ( je n’ai encore jamais vu de dauphins communs donc je n’ai pas de comparatifs).Un autre observateur en aurait vu 11 se mettre en ligne et passaient sous le bateau, hors il s’agit d’un signe d’hostilité. Les avions-nous dérangé ?

Vers 20h, on a aussi pu voir brièvement, durant quelques secondes, un (ou peut-être deux) dauphin(s) bleu et blanc.

 

JEUDI 20 AOÛT : Nous sommes arrivés le matin à l’île de Minorque, aux Baléares. Grâce à l’annexe, nous allons à terre boire un verre et acheter des souvenirs dans la ville de Fornells.

L’après-midi et toute la nuit, nous restons au mouillage nous baigner et nous reposer.

 

VENDREDI 21 AOÛT : Nous reprennons la mer. Vers 14h, nous observons 2 secondes un aileron d’un dauphin bleu et blanc puis plus rien…

Et c’est vers 20h que le miracle c’est produit ! Après une journée sans réelle observation, nous apercevons un aileron à l’arrière du voilier, immédiatement on crit « rorqual, rorqual ! ». Mais nous n’entendons et ne voyons aucun souffle alors que l’aileron de petite taille récourbé sur l’arrière est typique des baleines… On pense alors à un globicéphale ou un dauphin de Risso mais l’aileron n’allait pas…Je vois réapparaitre l’animal à tribord et constate qu’il mesure moins de 10m, je pense alors aussitôt au Petit Rorqual qui est présent en Méditerranée mais peu commun…le stresse monte…l’animal dévoile son front et là je hurle « C’EST UNE BALEINE A BEC ! »…oui un bec, un melon, la tête de l’animal était gris claire typique du ziphius aussi nommé baleine à bac de Cuvier. L’espèce n’est pas rare mais très très peu observer. En 10ans, Cetus en avait vu que une ou deux fois…Mais ce qui est incroyable c’est qu’il y avait deux individus qui sont restés près de nous…là tout près du voilier, nous accompagnant…Cette espèce connues pour être fuyantes, c’est montré très curieuse et si calme. Oui le calme, c’est surement ce qui les symbolisent le mieux. Elles nageaint doucement, seul le bruit de leur souffle se faisait entendre. Un son d’ailleurs typique que je n’avais entendu jusque là.A 20h35, on continu notre chemin après les avoir vu sondé et surtout on met le moteur. Peu de temps après on voit réapparaître un des ziphius par le pur hasard mais cette fois l’animal s’enfuit. Le bruit du moteur les gène a priori fortement.La première appariation était gracieuse, belle, magique…Moi qui ne croyait jamais voir de baleines à bec de ma vie, la Nature m’a offert là l’un de ses plus cadeaux…

 

SAMEDI 22 AOÛT : Journée épuisante ! Pas à cause des baleines mais à cause de la houle. La mer a été agitée toute la matinée, force 5-6 environ, c’était atroce d’être accroché à l’extérieur, les vagues nous tombaient dessus, j’étais trempée jusqu’aux os, les autres étaient malades…bref une sale matinée. La mer s’est calmé vers 15h mais après aucune observation de la journée.

DIMANCHE 23 AOÛT : On rentre en direction de Canet, c’est le derniers jours. A 10h on observe quelques secondes 7 ou 8 dauphins bleus et blancs près du cockpit dont un a effectué des sauts très haut, sûrement pour nous observer. J’ai trouvé que ces individus étaient d’ailleurs beaucoup plus petits que ceux vus précédemment.

Nous arrivons à 12h30 à Canet-en-Roussillon, je pars à 16h pour Perpignan prendre le TGV et arrivée ainsi à Paris à 23h. Quelle semaine !

 

 

CONCLUSION : Une semaine de malade ! Je ne sais pas si je referai un stage aussi incroyable de ma vie. Je tiens en effet a préciser aux personnes désireuses de tenter l’expérience que ce stage a été tout simplement phénoménale et que de voir tant de chose en si peu de temps est rare.

Pour résumer j’ai eu un très beau temps et plutôt chaud tout au long du séjour hormis samedi avec un mer très agitée. J’ai vu des rorquals communs, des cachalots, des dauphins bleus et blancs, des dauphins de Risso et surtout deux ziphius. Par contre je n'ai pas vus de Grands dauphins (observés en 2004) et de globicéphales (jamais observés).

Je garde un très bon souvenir de l’association Cetus, que j’ai beaucoup plus apprécié que Baleines et Dauphins Sans Frontières. Il avait une meilleure ambiance et beaucoup plus de pédagogies. Une semaine est l’idéale : ni trop court pour les observations, ni trop longs pour avoir du mal à supporter les autres membres de l’équipage. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer (merci les cétacés).

Préparation du voyage

 Un avant-dernier article avant mon départ en stage d'observation pour expliquer comment bien préparer un stage d'observation des cétacés et expliquer ma propre expérience.



Les espèces observables en Méditerranée


8 espèces de cétacés sont observables en Méditerranée « française »: le dauphin bleu et blanc, le rorqual commun, le grand dauphin, le dauphin de Risso, le dauphin commun, le globicéphale noir, le cachalot et le ziphius (pour plus de renseignements cliquer sur le nom de l'espèce dans le menu de gauche).


Remarques : - D'autres espèces de cétacés vivent en Méditerranée mais elles ont soit jamais été communes au lieu, soit en nette diminution, soit très difficile à observer. C'est le cas par exemple du petit rorqual, du sténo ou de l'orque.

- En plus des cétacés, la Mer Méditerranée regorge aussi d'une multitude d'espèces de poissons et d'oiseaux marins.

L'équipement à prévoir

Bien évidement la crème solaire et le maillot de bain ! Mais contrairement ce que l'on imagine il peut aussi faire très froid en haute mer et pleuvoir même en été. Il ne faut donc par oublier un gros pull, un pantalon chaud et une k-way. Sinon emporter des vêtements légers et peu fragiles. En effet en mer avec le vent, le sel et le manque de confort, rien ne sert de prendre son dernier petit haut sexy...Il ne faut pas non plus oublier la casquette et les lunettes de soleil.

Enfin ne pas oublier masque (pour les myopes sachez que certains opticiens proposent des masques à votre vue allant de 100 à 150€), le tuba, les palmes. Pour l'appareil photo je suis tentée de m'acheter un reflex mais je suis assez choquée des prix et je ne sais pas si en mer j'arriverai à prendre de si belles photographies avec et si au final, je ne risque pas plutôt de l'abimer. Je réfléchis donc encore à la question.

Car en effet avec un simple numérique, les photos prises ne sont franchement pas top : on observe souvent les baleines de loin et sans un bon zoom leur dos ressemble juste à une tache dans l'océan, leur geste sont rapides et vous risquez plus de prendre le dessus de la mer vierge que le dauphin que vous venez de voir sauter hors de l'eau...

Des jumelles pour observer peuvent être un plus mais elles sont surtout utiles pour observer les oiseaux.

De plus, en Mer, il peut se passer des heures sans rien voir...Afin de ne pas sombrer dans l'ennui il est recommandé de prendre de l'occupation ne nécessitant pas d'électricité comme un livre (sur les baleines par exemple ou le dernier thriller du moment), des magasines, un instrument de musique, votre mp3 (pour écouter votre hardrock sans gêner les poissons)...

N'oubliez pas non plus de prendre des feuilles pour noter vos observations ou télécharger des exemples de formulaire déjà prêts.

Pour ce qui est du mal de mer, on me demande souvent quoi prendre à emporter...je ne serai trop dire car je n'ai jamais eu le mal de mer...Il ne faut surtout pas ne pas oser partir à cause de ce petit problème qui passe très vite. Contre le mal de mer je conseil de MANGER, manger, manger, tout de le temps manger quand on est en mer. L'idéal c'est le sucré tel des gâteaux ou des fruits et éviter le café. Rassurez vous le mal de mer n'est pas une fatalité et n'empêche pas de partir voir nos amis les dauphins !

 

Préparation au voyage avec l'association Cétus


J'ai reçu plusieurs documents de la part de Cetus :

  • l'habituel guide de présentation de l'équipage, des espèces à observer et des plans

  • un questionnaire sur mes habitudes alimentaire : une petite attention que j'ai fort apprécié car nous ne respectons que encore trop rarement les différences d'alimentation de chacun.

Sur ce, il ne me reste plus qu'à partir et dès mon retour à vous faire un contre-rendu du cru 2009 !

Sortie à thème sur les cétacés à Paris

Avant de parler de mon stage d'observation en Méditerranée qui aura lieu mi-août, je souhaite pour parler des sorties récentes sur le thème des cétacés ayant eu lieu sur Paris il y a peu. En effet les cétacés intéressent le grand public arrivant à capter l'attention des enfants avec les gentils dauphins et celui des adultes avec les gigantesques cachalots et baleines.

 

EN FRANCE, A PARIS :

FILM DAUPHINS ET BALEINES 3D à la Géode (Porte de la Villette)  : Ce film, de Jean-Michel Cousteau, était présenté à la Géode lors d'un festival fin janvier-début février. Comme son nom l'indique ce documentaire a la particularité d'être diffusé en 3D. Durant 45min le film présente une douzaine d'espèces de cétacés. Les images sont magnifiques, on croirait nager si près des dauphins. Les plus séquences sont celle de la baleine à bosse et des dauphins tachetés. Malgré tout on regrette la forme documentaire classique du film. Le ton de la narration de Charlotte Rampling est monotone avec un style ''pseudo poétique" agaçant, le plan du film est basique : présentation brève et sans réellement contenu de 12 espèces. Un plan types morphologie/moeurs/relation avec l'homme par exemple n'aurait-il été mieux et plus captivant ? Si il n'y avait pas les superbes images on se ferait vite ennuyé. Pour résumé OUI au travail de fond avec ces sublimes images, NON à la forme avec un déroulement et une narration basique et soporifique.

 

EXPOSITION INCROYABLES CETACES au Musée d'Histoire Naturel (Paris Ve) : Ca était une exposition importante ces derniers mois à Paris et elle le méritait bien. C'était ludique, captivant, bien documenté et présenté. La visite était clairement découpé en plusieurs phases : découvertes de nombreuses espèces, l'évolution des cétacés, l'adaptation des cétacés au domaine marin, l'alimentation, la reproduction, les 5 sens et l'écholocation, la chasse ancienne et l'utilisation des baleines à l'époque, la chasse moderne, les dangers actuels qui menacent les cétacés et leur solution. Ainsi l'exposition aborde tous les thèmes concernant les cétacés. L'exposition était d'autant plus juste qu'elle a présenté une multitude d'espèces et pas seulement les quelques espèces connues. Les propos étaient justes, le ton était scientifique et ne tombait jamais dans le côté trop émotionnel (comme le montre le débat sur la chasse aux cétacés), ni fantasmé (comme le montrer les propos sur l'intelligence non justifié des cétacés ou la gentillesse songée des dauphins). De plus les explications étaient claires sans être longues bien que pour faire la totalité de l'exposition il fallait être passionnée (j'y ai mis 2h30). Pour les enfants il y avait quelques activités ludiques (reconnaître les sons émis selon les espèces, faire un calcul pour trouver le nombre de baleineau qu'une baleine a en moyenne durant son existence). Une belle exposition de qualité sans erreur et sans exagération ça fait plaisir !!

 

A L'ETRANGERS, AUX ETATS-UNIS :

NEW BEDFORD WHALING MUSEUM (New Bedford, Massasuchetts) : J'ai eu la chance d'aller sur la côté est des Etats-Unis en août derniers et de faire ainsi le New Bedford Whaling Museum qui explique comment la relation entretenu entre les hommes de la ville et les baleines. Ainsi les baleines ont permis durant la chasse du XVIII au XXème l'essor de la ville. Aujourd'hui les baleines y sont totalement protégés et sont même devenues les coqueluches des croisières aux baleines. Après le visionnage d'un film assez bref qui retrace cette histoire le visiteur peut observé tout au long de la visite une multitude d'objets anciens issus des baleines. Le musée démontre bien l'importance qu'ont eu les baleines dans le passé mais les galeries deviennent vite répétitives. Un musée bien pour découvrir la région mais un peu laçant.

 

INTRODUCTION SUR LE WHALE-WATCHING

Voici mon blog d'observation pour vous faire partager mes voyages et mes rencontres avec les cétacés. N'hésitez pas à commenter et à faire part de votre expérience.

Qu'est ce que le "whale-watching" ?

"Whale-watching" signifie observation des baleines. Cette activité consiste à observer les cétacés dans leur environnement naturel. Cette observation se fait le plus souvent d'un bateau (bateau de pêche, petit bateau touristique d'excursion, voilier, zodiac, kayak...) mais aussi de la terre ferme ou aérienne. Bien mené cette activité peut être respectueuse des animaux. Pour cela de nombreuses règles à respecter existe. L'industrie touristique du whale-watching connait un essor important depuis les années 80 et est devenue dans certaines régions une véritable exploitation des animaux. Soyez donc vigilant dans le choix de la compagnie ou l'association qui vous amènent en excursion, privilégiez les associations qui sont en contact avec des organismes scientifiques, des voyages sur plusieurs jours (3-4 jours pour les débutants) et des embarcations petits et au maximum silencieuse. Bonne observation !!

Mes précédentes excursions

J'ai déjà eu l'occasion d'observer les cétacés dans deux régions du monde : en Méditerranée (France) en 2004 et dans le Golfe du Saint-Laurent (Québec, Canada) en 2005. Voici résumé brièvement ces deux expériences.

en 2004 (Méditerranée) : Je suis partie de Bandol pour revenir à Bandol même avec l'association BALEINES ET DAUPHINS SANS FRONTIERE durant 10jours. Le voyage c'est très bien passé et nous avons été plutôt gâtés concernant les observations. BDSF est une association au contact de la Nature et expérimenté mais je les avais trouvé à l'époque un peu "froid". J'ai eu la chance durant ces deux jours d'observer : des grand dauphins, des dauphins bleus et blancs, des rorquals communs et des dauphins de Risso. En dehors des cétacés j'ai pu observer des thons rouges, une tortue marine et un poisson lune.

en 2005 (Saint Laurent): J'ai observé les baleines deux fois au Québec (Canada). La première excursion de quelques heures eu lieu en zodiac où j'ai pu observer un rorqual commun : le zodiac c'est impressionnant ! La seconde eu lieu en bateau d'observation touristique d'une centaine de personnes où j'ai eu l'occasion de voir un rorqual commun, un lagénorhynque à flanc blanc de l'Atlantique et un marsouin commun. Le lieu est idéal pour observer des animaux mais quel exploitation ! Au moins 3 bateaux dès qu'une baleine surgit. Bien que les règles de distance soient respectées on a du mal à croire que ca ne dérange pas les baleines. Le St Laurent c'est l'exploitation touristique des baleines !!

2009 : retour aux sources

Cet été je repars en Méditerranée observer les cétacés. Je pars du 17 au 23 août, départ de la Ciotat et arrivée à Canet-en-Roussilon. Je pars cette fois ci avec l'association Cétus. Je vous raconterai évidement dès mon retour mon voyage : quel temps ? quels espèces observés ? comportements particuliers observés ? Je vous donnerai aussi mon avis sur l'association : Bonne ambiance ? Respectueuse des animaux et de l'environnement ?

A bientôt !!!

Laurine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×